mercredi 31 mai 2017

Shit




On est mal barrés, moi j'vous le dit...
La main sur le cœur, comme l'Autre sur l'esplanade du Louvre le soir de sa consécration.

Bayrou like, Marlène Schiappa veut un buzzer et le King une task force...
Vous pouvez vérifier : on en a parlé dans la Newsroom sur CNews, comme dans BFM Story je crois bien aussi (j'peux pas être all over).
Mais tout cela fort heureusement échappe à nos chères têtes blondes qui, par ces temps de chaleurs prématurées, ont d'autres préoccupations : se rafraîchir.
Et pour y parvenir, ça coule de source, elles font du street-pooling .

Comment dit-on "on est dans la merde" en anglais ?

7 commentaires:

  1. Cette mode des anglicismes qui se veulent branchés est au fond assez vulgaire, asse populaire.
    Quoi de mieux de nos jours pour se singulariser que de parler un français châtié, ponctué de temps à autre de quelques citations grecques ou latines servies à bon escient et dans le texte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vulgaire oui, c'est le mot.
      Que les journalistes ne se rendent pas compte du ridicule qu'il y a à employer ces expressions dit bien leur médiocrité.
      Et on ne leur demande même pas de ponctuer leurs phrases de quelques citations grecques ou latines, juste de parler Français.

      Supprimer
    2. A propos, le street pooling c'est bien l'art d'organiser des manifs géantes dans le but de se faires arroser par les keufs ?
      Très sympa quand il fait chaud...

      Supprimer
    3. Non Barbara il n'y a pas de bug, juste la modération que j'ai activée pour avoir un peu la paix rapport à un plaisantin un peu pénible.

      Supprimer
    4. Pour le truc pooling voir photo d'illustration.

      Supprimer
  2. Oui, j'ai passé un moment assez dur... comme je suis paranoïaque, j'étais un peu écrasée par les vagues. Mais finalement vous m'avez franchement épatée : avoir l'idée d'aller voir sur mon blog s'il y avait un message, c'est très fort !
    Vous devez être un bon génie...

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.