mardi 6 juin 2017

Nouveau jeu




- Salut Riton !
- Salut mon Pierrot... j'te paie un demi ?
- Pourquoi seulement un demi ? Non je déconne... tu joues à quoi ?
- C'est un nouveau jeu : miser sur le prochain attentat.
- Ah bon !? ... c'est quoi les règles ?
- Ben tu vois c'est assez simple : là tu choisis le pays où aura lieu le prochain attentat, puis tu sélectionnes une ville, ensuite tu coches une date dans les quinze jours prochains jours.
- Génial ! Et ça rapporte ?
- Ça dépend... ça dépend de la bonne volonté des terroristes. En gros tu rentres facilement dans tes frais.
- Mais c'est nul ton jeu !
- Pas tant, pas tant... tu vois, là, tu paris sur le nombre de morts, c'est le numéro chance. Si tu l'as c'est jackpot ! Tu peux enfin te barrer de ce pays de merde !
- Passe moi une grille. Et à la tienne mon frérot.

12 commentaires:

  1. Charmant comme passe-temps... faut-il s'embêter à un week-end de Pentecôte pour en arriver à de pareilles extrémités !

    RépondreSupprimer
  2. Un jeu où à tous les coups on gagne.
    désolé! Un de vos commentaires récents a disparu quand je voulais y répondre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce jeu s'appelle le "Mourir ensemble".
      Oui j'ai vu (ou plutôt pas vu) pour le commentaire. Pas grave.

      Supprimer
  3. Au vu de la situation "merdique" actuelle votre jeu est un jeu qui a forcément beaucoup d'avenir.Il y avait "le rapido" voici venir "l'islamo"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce soir il fallait jouer France, Paris, 06/06/17, 16h20, 0.

      Supprimer
  4. Cher Fredi, vous vous présentez aux législatives ce weekend pour être aussi peu actif sur votre blog depuis mardi ?
    Signé une afficionada...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous manque tant que ça ?

      Supprimer
    2. Oh! je n'avais pas vu votre réponse !
      Merci d'avoir exaucé si vite ma requête, dont le résultat a occupé mes neurones dès potron-minet...

      Supprimer
  5. Je ne sais que ce que vous me faites dire.

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.