mercredi 2 août 2017

Mémoires de S. suite




Non je n'ai pas renoncé à la viande non...
Mais ici, par ces chaleurs infernales, tandis que souffle un sirocco barbare, l'idée d'une côte de porc ou d'un steak me coupe par avance l'appétit. Alors, chose assez rare en ce qui me concerne, moi le carnassier sans vergogne, l'invétéré viandard, je me confectionne des salades : tomates, concombre, brins de fenouil, échalotes, œufs durs, olives noires, thon du petit bateau et, luxe suprême, des anchois ; ces anchois qui sont le sel indispensable à toute bonne salade. Jamais au grand jamais je n'y ajoute  cette graine jaunâtre que l'on nomme maïs, cette cochonnerie douceâtre et écoeurante dont je ne comprends pas pourquoi on ne l'a pas définitivement cantonnée à sa seule utilité reconnue : nourrir les volailles et les cochons.
Grâce à ce changement radical de régime je pense être en mesure d'affronter cette funeste canicule sans trop dépérir, d'autant que j'ai toujours par-devers moi, au frais, une cuvée du Pradel qui, aux heures les plus chaudes, m'envoie dans les bras de Morphée dans l'attente de l'heure exquise.

14 commentaires:

  1. Je vous rejoins quant au maïs !

    Pour ce qui est de la canicule : ici, en Normandie, il règne un agréable 25° tout ce qu'il y a de plus celsius…

    RépondreSupprimer
  2. Passionnante occupation, bien content de l'apprendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, mais il parait que vous allez me le dire.

      Supprimer
  3. Comme Didier, mais que faites-vous donc dans le sud, là où le soleil brunit la peau et échauffe les esprits ?
    Venez en Normandie, vous y trouverez de la fraîcheur.
    Quant à votre régime alimentaire, je souscris pleinement à vos propos. En cette saison, les salades passent mieux, qu'un veau orloff.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour des raisons relatives à mon histoire personnelle, le sud est ma seconde patrie et j'ai appris à me méfier de son soleil.
      Ma vieille peau de Breton n'est de toute façon pas destinée à brunir.

      Supprimer
  4. De quoi je me mêle!

    RépondreSupprimer
  5. Qui est S ?
    Dédoublement de la personnalité ou jeu de piste ?
    Les préférences gastronomiques sont-ce les vôtres ou celles de S. ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S. est ici un lieu, donc pas de dédoublement de la personnalité rassurez-vous.
      Mais peut être est-il incorrect dans ces conditions de parler de mémoires.
      Eclairez-moi Barbara.

      Supprimer
    2. Mais quelqu'un a bien écrit Mémoires d'outre-tombe alors...

      Supprimer
    3. C'est l'heure de la bonne conscience à rebours.

      Supprimer
    4. Si S. est un lieu, je crois qu'il conviendrait de dire plutôt "Souvenirs de S.". Mémoires étant à mon sens plus précisément employé pour qualifier des souvenirs autobiographiques.
      Mais je peux me tromper...

      Supprimer
  6. Bon.
    Contraint et forcé j'active la modération des commentaires.

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.