samedi 5 août 2017

Rue du bourreau




Ben quoi ?
Il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas si longtemps, en notre nom, il rendait bien des services. Il a donc bien mérité de donner le sien à une rue.
La commune reconnaissante en quelque sorte.

5 commentaires:

  1. Un bourreau ? auriez-vous des pensées noires aujourd'hui ?
    En tous cas, j'ai vu que vous aviez pris ma défense chez Didier Goux et je vous en remercie. Je vous confie avoir regretté mon commentaire à propos de Berlioz aussitôt après l'avoir écrit. C'était un peu gamin et assez stupide, je l'admets. Mais les jets de venin que j'ai encourus étaient complètement disproportionnés ! Vivement que Jazzman revienne faire un tour de piste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout bien au contraire mais cela m'amuse qu'une ville se souvienne de son bourreau.

      Supprimer
    2. Pour le reste ne vous formalisez pas trop c'est un penchant assez naturel sur le net, que j'avais moi-même et que j'ai dû réfréner, que d'être acerbe voir plus envers les autres commentateurs.

      Supprimer
  2. il y avait aussi le bourreau des cœurs, sans doute un jeune coq habitait-il dans ce coin, où alors un bourreau de travail, pauvre homme mort au labeur ! allez savoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà autant d'hypothèses qui me laissent perplexe...
      Mais après tout c'est peut-être vous qui avez raison.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.